Il faut « profiter de la crise sanitaire que nous traversons pour (re)penser la formation »




La formation à distance s’est imposée avec une grande brutalité, à l’occasion d’une situation sanitaire exceptionnelle, comme un substitut à l’enseignement présentiel, alors même que l’immense majorité des enseignants et des étudiants n’avaient auparavant ni la volonté, ni les besoins, ni les moyens de l’utiliser, constate un collectif d’universitaires dans une tribune au « Monde » à l’initiative de Thierry Pelaccia.


Au cours des derniers mois, les acteurs de l’enseignement supérieur ont été confrontés à la nécessité de déployer dans l’urgence et, souvent, avec une grande impréparation, la formation à distance (FAD). Il est trop tôt pour appréhender toutes les conséquences de cette conversion forcée.

Il nous semble cependant utile d’interroger dès à présent ce qui justifierait, aujourd’hui plus qu’hier, le fait de pérenniser, voire de généraliser cette modalité d’enseignement, tel que le souhaiteraient certains décideurs.



Plus d’abandons et d’échecs


Contrairement à d’autres outils qui ont marqué la formation universitaire, la FAD ne s’est pas invitée comme une modalité novatrice, susceptible d’améliorer les pratiques professionnelles. Elle s’est imposée avec une grande brutalité, à l’occasion d’une situation sanitaire exceptionnelle, comme un substitut à l’enseignement présentiel, alors même que l’immense majorité des enseignants et des étudiants n’avaient auparavant ni la volonté, ni les besoins, ni les moyens de l’utiliser.

Or, sur le plan pédagogique, aucune théorie de la cognition ne permet de soutenir que la FAD soit associée à une quelconque valeur ajoutée par rapport à la formation présentielle. Il est de surcroît largement documenté que la formation à distance génère plus d’abandons et d’échecs.

Ce constat fut de nouveau dressé il y a une dizaine d’années, lorsque les formations en ligne ouvertes à tous (les MOOC, Massive Open Online Course, ou « cours en ligne »), dynamisées par l’essor des nouvelles technologies et une affiliation à de prestigieuses universités, firent une entrée fracassante en incarnant, selon certains, l’avenir de l’enseignement supérieur. La plupart des MOOC étaient pourtant le stéréotype de l’ancestral et désuet paradigme d’enseignement, dans lequel un expert parle à des gens qui l’écoutent, sur un mode strictement expositif et transmissif.


De surcroît, de 5 % à 10 % seulement des participants à un MOOC en suivaient l’intégralité. Les MOOC se sont ainsi révélés être avant tout un outil marketing, imaginé et porté par des institutions, essentiellement nord-américaines, désireuses d’augmenter leur nombre d’étudiants et leurs revenus (être certifié à l’issue d’un MOOC pouvait coûter très cher).






Source: lemonde.fr

3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout